Vœux du Président de l’ IFM

Chères et chers membres de l’Institut Français de la Mer,

 

Pour vous, pour ceux qui vous sont chers et pour toutes vos activités, maritimes et non maritimes, mes meilleurs vœux 2018.

Ce début d’année est l’occasion de vous faire un point de nos activités récentes et de nos perspectives pour les prochains mois.

Mais tout d’abord, je veux rendre hommage à notre président d’honneur, Alain Grill, décédé le 27 octobre dernier. Brillant polytechnicien, Alain Grill a fait une magnifique carrière comme fonctionnaire, armateur puis dirigeant des chantiers de Saint Nazaire.  En 1996, il avait accepté de prendre la suite du président fondateur de l’IFM, Jean Morin, avant de devenir président du Comité Languedoc-Roussillon, poste qu’il confiera ensuite à Marc Chevallier. Marc nous a fait d’Alain Grill un portrait à paraître dans le prochain numéro de la Revue Maritime, et dont je vous adresse une copie en pièce jointe.

Nos groupes d’études et de réflexion

Nous avons prolongé les réflexions de notre Groupe de travail sur la solidarité maritime par quelque auditions, afin en particulier de vérifier nos hypothèses concernant les règles qui permettent le développement de ces solidarités que nous avons appelées ‘’choisies’’, celles que des individus ou des groupes décident de mettre en place entre eux pour être plus forts ensemble.

J’ai été très heureux de pouvoir présenter succinctement nos travaux lors d’une séance plénière lors des Assises au Havre, sur le thème ‘’la solidarité maritime, mythe ou réalité’’. Je vous avais fait alors copie de cette présentation. Puisse cette courte séquence avoir donné à certains des clés pour développer de la solidarité et renforcer leurs activités.

Le nouveau groupe de réflexion évoqué en juin, sur le thème ‘’11 millions de km2, pour quoi faire ?‘’ a commencé ses travaux. Son objectif est, au travers d’une vision clarifiée des caractéristiques et spécificités de chacun des espaces maritimes composant notre zone économique exclusive (ZEE), de mettre en évidence leurs richesses comme leurs fragilités pour aider à arrêter les politiques relatives à chacun d’entre eux.

Dans une première étape l’étude fera le portrait descriptif des différentes ZEE, la synthèse de leurs principales caractéristiques pouvant conduire ensuite à reprendre la réflexion sur la finalité exacte de l’étude et la structure du « rapport » final.

Ce travail sera fait en utilisant une grille d’analyse comportant le statut juridique, les acteurs, les caractéristiques du milieu, les questions de sécurité et les menaces, le développement économique et l’exploitation des ressources, enfin la protection.

Cette méthode sera mise à l’épreuve sur la Nouvelle-Calédonie avant de l’étendre aux autres zones en passant par une métropolitaine et un département d’outre-mer.

Notre participation à des groupes de réflexion.

Nous avons continué notre participation aux travaux de la Plateforme Océan et Climat, au groupe national informel sur la haute mer, au groupe Thétys ainsi qu’aux travaux concernant l’opportunité de créer un Code de la mer et au groupe de réflexion lancé par le SG Mer sur la préparation des négociations BBNJ.

A ce propos : le 24 décembre dernier, la résolution de l’AG des Nations unies concernant l’ouverture de négociations en vue d’un accord sur la protection de la biodiversité en haute mer a été approuvée par plus de 140 Etats à l’ONU. Nos travaux sur « l’Océan, bien commun de l’humanité » sont pris en compte pour l’élaboration des positions françaises en vue de sortir de l’opposition entre partisans et opposants à l’extension de la notion de patrimoine appliquée à la haute mer.

Revue Maritime

Pour l’été, le numéro 509 a été voulu varié dans ses sujets : économique, juridique, technologique, géopolitique, culturel mais aussi plus léger, avec des récits et souvenirs.

A l’automne, le 510 a relaté les principales interventions de notre colloque « Quelle gouvernance pour les océans au XXIème siècle », parmi de nombreux autres thèmes comme les conclusions du programme Océanides, les détroits de mer baltique, les 500 ans du Havre ou encore le défi du bon état écologique des mers européennes.

Numéro après numéro, la Revue permet la présentation et l’échange d’idées sur tous les grands sujets maritimes du moment : n’hésitons pas à la faire connaître autour de nous, et aussi à suggérer au Comité de rédaction des auteurs susceptibles de contribuer utilement à ces débats.

Prix de l’IFM

Le jury des prix IFM, ne s’est pas réuni en 2017, en l’absence d’un nombre suffisant de candidats proposés.

Pour rappel, le Prix « Jean Morin de l’IFM » est attribué à toute personnalité ayant contribué au développement des activités maritimes de la France et/ou à l’emploi maritime français (actif des professions maritimes : cadre ou employé d’entreprise ou d’administration, entrepreneur, syndicaliste, navigant civil ou militaire, homme politique, journaliste, écrivain, artiste, cinéaste, sportif, etc..)

Le Prix « IFM Avenir » est attribué à un(e) jeune en fin d’études ou travailleur (embarqué ou sédentaire) s’étant fait remarquer par un travail, une action ou un acte révélateur de son talent, de sa passion ou de son apport à la vie maritime française.

Toutes les propositions de candidatures qui me seront envoyées accompagnées d’un descriptif des motifs de la proposition seront étudiées avec intérêt. A vous de jouer !

Assises de l’économie de la mer

La communauté maritime est venue encore plus nombreuse cette année au Havre, les 21 et 22 novembre derniers. La participation du Premier ministre et de plusieurs membres du gouvernement montre l’importance qu’ils accordent à cette manifestation et, au travers d’elle, aux activités maritimes.

Dans le cadre du partenariat que nous avons établi dès l’origine avec Le Marin et Ouest France en apportant aux Assises naissantes nos ‘’journées nationales de la mer’’, nous avons, comme en 2016, aidé à organiser l’opération menée avec l’Education nationale pour sensibiliser à la mer et former 150 élèves, étudiants et enseignants. Avec l’aide de plusieurs de nos administrateurs et du CESM, les sessions qui leur étaient dédiées le mardi après-midi ont été enrichies de témoignages. Nous sommes très heureux de pouvoir concourir au succès de ces ateliers, véritable ouverture de nos activités vers la jeunesse et le public le plus large.

La forte présence à notre stand de membres de notre Comité local a permis de mieux faire connaître nos actions aux participants intéressés.

Les prochaines Assises, à Brest, les 27 et 28 novembre prochain, sont déjà sur nos agendas.

  

Promotion de la mer et des activités maritimes

Mardis de la Mer et Certificat d’études maritimes

Nos Mardis de la Mer, organisés avec l’Institut Catholique de Paris ont repris avec toujours la même recherche de variété des thèmes présentés.

Au premier trimestre universitaire nous avons entendu l’ancien député et rédacteur de la loi sur la croissance bleue, Arnaud Leroy nous parler de « mer et politique ». Michel L’Hour, directeur du département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, sous le titre « le passé est dans l’abysse » nous a présenté les apports les plus récents de la science et de la technologie pour ses activités. Vincent Bouvier, Secrétaire général de la mer et Frédéric Moncany de Saint Aignan nous ont fait le point sur la mise ne place et les développements du « Comité France Maritime ». Jean de Gliniasty, ancien ambassadeur de Russie nous a montré que ce pays ne faisait pas exception aux résultats d’Océanides : quand la Russie se tourne vers la mer, c’est une grande nation, quand elle s’en détourne, elle s’efface. La sœur Nathalie Becquart, Xavière et skipper nous a montré les liens entre « mer et transcendance ». Enfin Marie-Christine Cormier-Salem, chercheur à l’IRD, nous a montré la vie des pécheurs artisanaux d’Afrique de l’ouest, face à la globalisation.

La suite de notre année est également prometteuse : Thomas Degos, Préfet et directeur général des services de la métropole du grand Paris viendra nous parler de « Paris et la Mer ». Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables et Marc Lafosse, océanographe échangeront sur « Exploiter l’énergie de la mer : quelle ambition énergétique et industrielle pour la France ? ». Eric Banel, du Secrétariat général de la Mer, et Hubert Carré, Directeur général du Comité des pêches maritime et des élevages marins évoqueront « Le Brexit et la mer ». Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’éducation nationale, nous présentera « la marine et les marins en guerre : une autre histoire de la Grande guerre ». Et, pour terminer cette saison, Michel Desjoyaux, marin et coureur au large nous dira « les défis de la compétition en mer ».

Notre certificat d’études maritimes attire quelques étudiants qui assistent aux conférences et travaillent sur le mémoire qui leur est demandé, mais des places sont encore disponibles pour celles et ceux qui souhaitent, au travers de ce cursus, pouvoir démontrer d’une large base de culture marine.

Forum des métiers de la mer

Comme chaque année, L’IFM a soutenu le Forum des métiers de la mer de l’Institut Océanographique : cette manifestation qui permet à de nombreux lycéens de se renseigner sur les filières d’emploi maritime a de nouveau connu un grand succès avec une forte participation de jeunes et de leurs familles, venant de toute la France

  

Comités locaux

Nos comités continuent à travailler activement : organisation de conférences, participation à des évènements locaux, subvention de la participation d’élèves de l’ENSM aux Assises par le Comité Estuaire de la Seine, rédaction de fiches documentaires par celui de Toulon-Marseille-Corse,…

A noter en particulier, la première conférence organisée par Gildas Tual et animée par Jérôme Bignon à Dunkerque pour lancer le Comité Manche-Est – Mer du Nord

Une mention particulière également pour l’accueil que nous a réservé le Comité Estuaire de la Seine lors des Assises.

Très cordialement,

Eudes Riblier